backhome chantiers nomades
illustration chantier nomade machine

Contact

Chantiers Nomades
4, avenue Charles de Gaulle
38800 Le Pont de Claix
Tél : 04 76 25 21 95
com chantiersnomades.com

Newsletter

Entrez votre e-mail:
Confirmez cette adresse :

Accueil - Chantiers 2017 - L’espace, le temps, les mots, les mouvements, les ondulations, les flux
Théâtre
Inscription

L’espace, le temps, les mots, les mouvements, les ondulations, les flux

27 mars au 7 avril 2017 - 2 semaines / 70 h / 2 x 5 jours

La Fonderie / Le Mans / Région Pays de la Loire

Chantier ouvert à 15 artistes interprètes professionnel-les

L'espace, le temps, les mots, les mouvements, les ondulations, les flux
© Denis Loubaton

François Tanguy
Metteur en scène
Il rejoint le Théâtre du Radeau en 1983, au Mans, pour en devenir le metteur en scène. L’arrivée du groupe en 1985, dans une ancienne succursale automobile acquise par la Communauté Urbaine est le début d’une longue traversée alliant peu à peu les activités de création à des modes d’hospitalité très divers. C’est ainsi que le lieu « la Fonderie », au fil des années, s’architecture, se dessine, d’une manière singulière en espaces pour la création, les rencontres, le logis, les repas.
Parallèlement, les travaux de création du Radeau s’acheminent, tous les deux à trois ans, en ayant définitivement laissé de côté le texte dramatique comme entité, et tout texte en général, comme préalable.
François Tanguy, travaillant ensemble ce qui compose le plateau, apparaît tout aussi bien scénographe, peintre, architecte, compositeur, que metteur en scène ; accueillant par fragments paroles et musiques des autres : « accueillir, rassembler, renouer, délier ».

L'espace, le temps, les mots, les mouvements, les ondulations, les flux
© Paul Poncet

François Verret
Chorégraphe
Depuis près de 30 ans, François Verret dédie temps, énergie, passion à la création artistique autour de cet art qu’est la danse. Pour lui, la danse est un art d’équipe et l’écoute y est primordiale. Il a toujours désiré partager avec d’autres l’expérience artistique qui y est liée, créer les conditions de ce partage. Construire ensemble avec d’autres artistes issus de différentes cultures et langages artistiques fait partie de l’aventure, de la nécessité qui caractérise chaque pièce.
De 1993 à 2000, il fonde et dirige les Laboratoires d’Aubervilliers, puis devient artiste associé au TNB jusqu’en 2010.
Parmi ses dernières créations : No focus, Chantier 2014-2018, Rhapsodie Démente, Le Pari (2017).

L’espace, le temps, les mots, les mouvements, les ondulations, les flux

« L’aventure théâtrale ? C’est ramener la profondeur de champ à la surface, au présent, à la face du dire (...) ».

« Le théâtre, c’est être dans un espace-temps commun entre ceux qui assistent et ceux qui assistent autrement. Un principe idiot au théâtre, c’est qu’il faut bien entrer et sortir. Il faut prendre en charge l’espace commun entre les spectateurs et ceux qui agissent sur le plateau. C’est une construction mentale. L’unité du temps aussi est remuée. Il faut creuser le temps à l’intérieur du temps, pas le faire croître. Tout est question de détails. Avancer, reculer, aller au plus près, reculer encore » (1) François Tanguy.

Et puis il y a :
Les objets et les espaces, ces lignes de propagation qui guident presque intuitivement les acteurs.

Les seuils que l’acteur doit tenir. Ne pas envahir ou se laisser envahir. Ne pas obstruer. Passer à travers les formes qu’il visite, transmettre l’expérience du passage.

L’attente d’un objet qui donnerait l’illusion de faire le mouvement à notre place. Le mouvement d’engager le risque de part et d’autre de la scène, de suspendre le jugement a priori.

Les vocables qui passent à travers des corps en mouvement pour se retirer à temps d’une emprise de l’interprétation et rester au seuil. Chercher ces seuils, très troublants, vifs. Espérer faire une expérience autre que de voir se répéter le cycle des conventions qui n’attendent rien d’autre que leur reproduction, leur reconnaissance. (2)

François Verret et François Tanguy ont cela en partage, penser le processus de création comme le lieu d’une aventure collective intense avec d’infinis dialogues, échanges, confrontations de points de vue…

(1) Entretien François Tanguy - Laure Adler- Extrait de Tous les soirs de Laure Adler/ Actes Sud 2016
(2) Extraits : Entretien François Tanguy – Jessie Mill pour FTA 2015

En partenariat avec la Fonderie

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour vendredi 21 avril 2017