backhome chantiers nomades

Contact

Chantiers Nomades
4, avenue Charles de Gaulle
38800 Le Pont de Claix
Tél : 04 76 25 21 95
com chantiersnomades.com

Newsletter


Blog

Les derniers articles du blog

Accueil - Chantiers 2019 - Cette Sauvagerie Captée Malgré Nous Par Le Cinéma
Cinéma
Inscription

Cette Sauvagerie Captée Malgré Nous Par Le Cinéma

Report du chantier en mai (dates à fixer) - 2 semaines / 84 heures / 12 jours

Toulouse / Région Occitanie

Chantiers ouvert à 12 artistes interprètes professionnels

Cette Sauvagerie Captée Malgré Nous Par Le Cinéma
© D.R.

Yves Caumon
Réalisateur

Né à Bussac-Forêt, Yves Caumon fait ses études et son éducation sentimentale à Bordeaux. Il Anime des ciné-clubs au moment de leur disparition. Diplômé de la Fémis en 1991, il est assistant réalisateur pour Agnès Varda, Éric Barbier ou Jean-Paul Civeyrac.
Il Réalise plusieurs moyens métrages dont La beauté du monde, tragi-comédie sur les affres de la création artistique et Les filles de mon pays, aventure de jeunes filles qui se déguisent en femmes, prix Jean Vigo 2000. Son premier long métrage, Amour d’enfance avec Mathieu Amalric, film « doux-douloureux » dressant l’inventaire de la jeunesse et du temps perdu, reçoit le prix Un Certain Regard à Cannes en 2001. En 2006 il tourne une comédie, Cache Cache, avec Bernard Blancan, histoire d’un fantôme paysan, présentée à la Quinzaine des Réalisateurs. Sélectionné à Venise en 2012, son dernier film, L’Oiseau, avec Sandrine Kiberlain, raconte l’histoire d’une femme qui n’éprouve plus rien. Yves Caumon a été acteur dans quelques courts et longs métrages.
Animer des ateliers de scénario, de réalisation ou de jeu d’acteurs est devenu partie intégrante de son travail de mise en scène.

Cette Sauvagerie Captée Malgré Nous Par Le Cinéma

Quelle est cette présence mystérieuse, cette qualité d’être, cette sauvagerie, captées malgré nous par le cinéma ?
Essayons de dégager / reconnaître cette relation spéciale entre un animal humain et une caméra.
Avant d’être intéressant, le premier pari c’est d’être là : opposer une consistance, une indépendance, une indifférence aux rayons X du cinéma.
Après quoi on peut s’aventurer à composer, à jouer d’après cette nature telle qu’elle se révèle à l’écran.
Nos premières expériences seront élémentaires, enfantines : se mêler à la vie des autres, les observer, disparaître. S’immerger dans des atmosphères, des décors réels, ce qui nous entoure —la boue du chemin, les escaliers roulants, la pluie qui tombe. À l’écoute d’une authenticité dans le faire, et le non-faire, avec tout ce que cette justesse a de paradoxal.
Et puis nous distribuerons des gages, lancerons des paris. On improvisera des personnages à la volée, en tournant sans filet.
Un scénariste prolongera cet élan, écrira d’après ce qui se présente, nous écoutera puis nous devancera… Les personnages gagneront en consistance, en précision, en contradiction.
Ce sera le moment de risquer un pas de plus : tourner des séquences écrites, préméditées, dirigées et montées, fragments de vie esquissant un film imparfait.
Ce film inconnu porte déjà un titre, Heureux Presque Tout Le Temps.

Yves Caumon

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour jeudi 7 mars 2019