backhome chantiers nomades
Accueil - Chantiers 2020 - Faire danser les mots - La parole et le corps
Théâtre / Danse
Inscription

Faire danser les mots - La parole et le corps

30 mars - 11 avril 2020 - 2 semaines / 2 x 6 jours / 84 h

Pavillon Mazar - Toulouse

Chantier ouvert à 15 comédien.nes, circacien.nes, danseur.seuses, professionnel.les

Faire danser les mots - La parole et le corps
© Jean-Louis Fernandez

Jean-René Lemoine
Auteur, metteur en scène et comédien

Après un parcours d’acteur, formé au CNSAD et chez Béjart à Bruxelles, il se consacre essentiellement à l’écriture et à la mise en scène. Sa pièce, Erzuli Dahomey, déesse de l’amour, entre au répertoire de la Comédie Française en 2012. Il publie entres autres : L’Odeur du Noir, Chimères, L’Ode à Scarlett O’Hara, Ecchymose (2005), Face à la mère (2006), Iphigénie (2012), Médée poème engagé (2013), Atlantides (2014).
Il a été lauréat de la Fondation Beaumarchais, de La Villa Médicis hors les murs et de la SACD.
Il a également obtenu le Grand Prix de la Critique et le prix Emile Augier de l’Académie Française.
Ses pièces ont été jouées dans différents théâtres en France (MC 93, TNS, Théâtre de la Ville, Théâtre Gérard-Philipe, Théâtre de la Tempête, et à la Comédie-Française) mais aussi à l’étranger (The Place à Londres et Apo Michanis à Athènes)
Sa dernière pièce Vents contraires a été créée en novembre 2019 à la MC93 - scène nationale de Seine-Saint-Denis.
Médée poème enragé sera repris au TNB en mars 2020.

Faire danser les mots

La parole et le corps

Comment créer un lien intime, profond, organique, viscéral entre la parole et le corps ?

Comment partir de la parole et restituer cette parole par l’investissement et la maîtrise corporelle - que cela passe par la complexité du mouvement chorégraphique, ou tout simplement par l’immobilité ?

Comment construire une dramaturgie textuelle en créant dans l’espace une géométrie des corps ?

Nous partirons de quelques thèmes : la passion, la révolte, la pathologie amoureuse.

A travers certains de mes textes (ou des textes empruntés à d’autres auteurs) nous tenterons d’explorer différents possibles dans l’interprétation. L’idée est de créer un va-et-vient permanent entre distance et incarnation, d’être tour à tour récitants et personnages, de donner libre cours à l’émotion, à la fureur, voire à l’excès, puis d’aller vers une économie radicale, « un retrait du jeu ».

De créer aussi des espaces de pur mouvement, qui soient les contrepoints de la parole et en intensifient la portée.

J’envisage également d’écrire quelques courts textes pendant le chantier, inspirés des propositions qui auront été faites par les interprètes. C’est le texte qui viendra alors en contrepoint du geste.

Mon désir n’est donc pas de travailler sur une pièce de théâtre et d’en restituer la narration, mais bien de travailler sur des fragments d’écriture et de voir comment à travers la récurrence des thèmes, ces fragments pourront s’enchâsser, se lier au mouvement et créer une dramaturgie.

Nous travaillerons également sur le brouillage entre masculin et féminin. Donner au corps et à la parole la puissance de la poésie, et voir comment la voix (le son de la voix) peut se déployer dans ces espaces.

Jean-René Lemoine

En partenariat avec le Pavillon Mazar

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour vendredi 13 décembre 2019