backhome chantiers nomades
Accueil - Chantiers - La présence comme documentaire, la parole comme fiction
Théâtre
Inscription

La présence comme documentaire, la parole comme fiction

16 au 28 août 2021 - 12 j / 84 h

Théâtre Sorano / Toulouse / Région Occitanie

Chantier ouvert à 15 artistes interprètes professionnel.le.s

Jean-François Sivadier

La présence comme documentaire, la parole comme fiction
D.R.

Ancien élève de l’école du T.N.S., Jean-François Sivadier est comédien, auteur et metteur en scène. Au théâtre il joue, sous la direction de D. Gabily, A. Françon, L. Pelly, S. Nordey, J. Lassalle, D. Mesguisch, C. Rist, D. Pitoiset, S. Tranvouez,Y-J. Collin... En 1996, à la MC2 de Grenoble, puis à l’Opéra-Comique et au Châtelet, il écrit, met en scène et interprète Italienne avec Orchestre. Au Théâtre National de Bretagne, en 1996, il termine la mise en scène de Dom Juan de Molière et Chimères de Gabily, laissée inachevée par la disparition de l’auteur. Il écrit et met en scène pour le festival Mettre en scène, en 1998, une première version de sa pièce Noli me tangere recréée ensuite pour France Culture au Festival d’Avignon. En 2000, il devient artiste associé au T.N.B où il met en scène le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Il crée, en 2001, la vie de Galilée de Brecht. En 2003, il écrit et met en scène, au TNB, une nouvelle version de sa pièce Italienne Scène et Orchestre. Le spectacle obtient le Grand prix du Syndicat de la critique. J-F. Sivadier reçoit, en 2005, un Molière pour sa mise en scène de La mort de Danton de Buchner. En 2007, il présente Le Roi Lear de Shakespeare au Festival d’Avignon, dans la cour d’honneur du Palais des Papes et revient, en 2008, à Avignon en tant que comédien et co-metteur en scène de Partage de Midi de Claudel à la carrière de Boulbon. Toujours au T.N.B, puis en tournée nationale et à l’Odéon, il crée, en 2009, La dame de chez Maxim de Feydeau, en 2011, une nouvelle version de sa pièce Noli me Tangere et le Misanthrope de Molière en 2013. Il reprend, en 2015, sa mise en scène de La vie de Galilée et monte Portrait de « famille », d’après les Atrides pour le Festival d’Automne. En 2016, il met en scène Dom Juan de Molière et, en 2019, Un ennemi du peuple d’Ibsen. En 2021, il écrit et met en scène Sentinelles à la MC93 de Bobigny. Comme acteur, il travaille avec Fabrice Gobert dans Les revenants (Canal +) et Jean-Xavier Delestrade dans Jeux d’influence (Arte).
A l’opéra de Lille, Jean-François Sivadier a mis en scène Madame Butterfly de Puccini, Wozzeck de Berg, Les Noces de Figaro de Mozart, Carmen de Bizet, Le couronnement de Poppée de Monteverdi et Le Barbier de Séville de Rossini. Au Festival d’Aix-en-provence il crée, en 2011, La Traviata de Verdi, spectacle qui entre au répertoire du Staatsooper de Vienne et Don Giovanni de Mozart en 2017.

La présence comme documentaire, la parole comme fiction

C’est un mot de Jean-Luc Godard. Une phrase qui parle de la présence de l’acteur, de sa présence brute, immédiate et de sa capacité, en prenant la parole, à créer un temps et un espace infinis.

Le théâtre naît toujours de la confrontation entre « l’ici et maintenant » de l’acteur, la magnifique "pauvreté" de sa présence, et l’espace illimité que sa parole est capable de convoquer. Une parole qui n’advient pas pour commenter ce qui existe mais pour inventer ce qui n’existe pas. Une parole qui se travaille comme une matière, un corps vivant.

Se raconter ça, c’est se débarrasser de toute problématique d’interprétation, de psychologie, de représentation d’un personnage, de l’idée qu’entrer dans un rôle c’est d’abord entrer dans la peau de quelqu’un d’autre. C’est pouvoir se mettre en état d’expérience. L’expérience d’une rencontre entre soi et un texte. Entre soi et l’autre : l’auteur.rice, le/la partenaire, l’extérieur. L’expérience de prendre la parole comme un.e écrivain.e, avec le même risque et la même nécessité.

Durant deux semaines, à partir de textes et d’improvisations, nous essaierons d’explorer, pour chacun.e, la richesse de cette confrontation entre l’acteur.rice et sa parole et de s’apporter mutuellement les outils qui nous feront envisager la scène comme le dernier espace de liberté absolue, un lieu sans frontières, en attente de notre seule imagination...

Jean-François Sivadier

Programme pédagogique
Partager cet article

En partenariat avec le Théâtre Sorano

© Les Chantiers Nomades 2021 - Charte Studio Desperado - Webdesign : chrisgaillard.com - Site mis à jour vendredi 23 juillet 2021